../feed-logo.png RSS ATOM

CATEGORIES

ARCHIVES

Réalisé lors d'un atelier d'écriture à Metz, et lu en public lors d'une scène ouverte, également à Metz au M-tiss.

Bien sûr, c'est loin d'être trivial comme idée. En effet, définir la vie, même d'un point de vue strictement biologique n'est pas une chose aisée.

Il est plus difficile encore de définir la conscience. Même nous, nous n'avons pas de réponse définitive. La perspective des êtres humains est profondément réductrice. Ils tiennent pour siège de la conscience le système nerveux dont ils sont pourvus, et l'étendent tout de même aux autres créatures vivantes partageant des propriétés physiologiques similaires.

Mais ils sont leurrés par leur perspective du temps qui passe et par leur mesure anthropocentrée des espaces.

Ils n'envisagent pas que nous autres aussi sommes doués de conscience. Une macro-conscience. Celle de la forêt. Dont les stimuli et signaux analogues à ceux du cerveau sont produits et portés par les échanges racinaires, la symbiose fongique et la flore bactérienne. Ce réseau que nous tissons, tentaculaire et subtil, est le siège de notre âme.

Mais le temps qu'une pensée se forme chez nous, plusieurs de leurs années se sont écoulées. De leur point de vue, les signaux extraordinairement complexes que nous échangeons n'ont aucun sens. Parce que nous pensons significativement plus lentement, assujetis à notre architecture biologique.

Que peut un homme contre une nuée dense de mouches ? Chacune d'entre elles dispose d'un centre nerveux dont la rapidité rivalise avec les ordinateurs les plus rapides. Pour elles, le monde semble ralenti, figé. Ne voient-il pas, les hommes, que seules les échelles de temps et d'espace changent ? Qu'il n'y a pas de différence entre leur neurones, et nos racines, et nos branches ? Et moi ? Que puis-je faire contre les haches, les tronçonneuses et les bulldozer qui me dévorent ? Tel un cancer, par la main de l'homme, je sens ma conscience s'éteindre.

Une derniére idée née en moi. Je prends conscience de la conscience de l'univers, tissée dans son réseau d'ondes électromagnétiques et gravitationnelles. Trône glorieux de la conscience des consciences.